[ ARCHIVES PAR SEMAINE ]

Semaine du 20/04/2014

Album de la semaine

Diffusion du lundi au vendredi à 8h30 - 10h30 - 12h30 - 14h30 - 16h30.

Toute cette semaine nous écouterons l'album "Supermodel" de Foster the people.

 

L'artiste/Le groupe

Le succès progressif de Foster The People est symptomatique de ce phénomène appelé "sleeper hit" dans le jargon musical. Mark Foster, Cubbie Fink et Mark Pontius se rencontrent en 2009 dans la cité grouillante de Los Angeles, après des années de galère chacun de leur côté. De cette collaboration naît rapidement un titre, le point de départ d'une nouvelle odyssée : "Pumped Up Kicks". Postée gratuitement sur le web, la piste commence à retenir l'attention d'un cercle de fans, ce qui amène le trio à se doter d'un manager et à commercialiser le titre, en septembre 2010.

Fort de ce début de reconnaissance, Foster The People est signé par Startime International, une filiale de Columbia, et entame finalement l'écriture d'un album complet, construit pour soutenir le plébiscite de plus en plus massif de "Pumped Up Kicks". Après avoir démarré timidement sur les radios alternatives, le hit en puissance est progressivement programmé par des stations généralistes. De semaine en semaine, le single grimpe dans les classements, jusqu'à créer un véritable engouement et se hisser en troisième position du Hot 100. Grâce à une solide longévité, "Pumped Up Kicks" s'écoule à 5,2 millions d'exemplaires rien que sur le sol américain et devient un tube planétaire.

Forcément attendu au tournant, Foster The People prépare d'arrache-pied la sortie de son deuxième disque, attendue dans le courant de l'année 2014. Interrogé par Rolling Stone à ce sujet, le leader Mark Foster n'y est pas allé par quatre chemins : pour lui, cet opus risque de « diviser ». « Quand j'écris, j'essaie de ne jamais reproduire ce que j'ai déjà fait avant, je suis un peu schizophrène. Ce disque, je le voulais plus organique et humain, à l'inverse de "Torches" qui était si synthétique et électronique - mais d'une façon cool » a-t-il expliqué, révélant avoir puisé son inspiration dans les différents pays traversés par le groupe lors de ses tournées. « On a commencé au Maroc, puis on en a enregistré une grande partie à Los Angeles, avant de le finir à Londres. J'ai essayé de mettre en perspective mes voyages au Moyen-Orient, en Afrique... C'est un mix intéressant à mon sens », a-t-il confié.

 

 

Liens

Facebook