[ ARCHIVES PAR SEMAINE ]

Semaine du 30/08/2015

Album de la semaine

Diffusion du lundi au vendredi à 8h30 - 10h30 - 12h30 - 14h30 - 16h30.

Toute cette semaine nous écouterons l'album "La vie électrique" de Aline.

 

L'artiste/Le groupe

C’est Romain Guerret l’homme par qui s’est déclenchée la première vague !
Mais avant de se cacher derrière ce joli nom féminin qui est déjà à lui seul l’apogée du romantisme et de la nostalgie des amours de vacances, il y eu des remous. En été 2009, Romain avait dessiné sur le sable, ses douces parades qui lui souriraient. Il est très vite rejoint par Arnaud Pilard à la guitare, Laurent Maudoux aux claviers, Vincent Pedretti à la batterie et Romain Leiris à la basse.
Le groupe s’appelle « Young Michelin » et sort son premier trésor: «Regarde le ciel ». Ils sont propulsés par le label « La Bulle sonore » et ont l’audace de tirer quatre titres en 2010 en format vinyles, confirmant leur passion des eighties, déjà pétillante d’évidence dans des morceaux tels que « Je bois et puis je danse », « Elle m’oubliera ».
Leur morceau instrumental « Les copains » qui n’est pas sans rappeler les Smiths, leur fait gagner le concours CQFC (« Ceux qu’il faut connaître ») organisé par le très pointu magazine Inrockuptibles.

Le succès de leurs mélodies addictives atteint son apogée avec un « Ep Slipt » (mix de plusieurs chansons), en duo avec Pop at Summer et gonfle la société de pneus Michelin, qui n’apprécie guère que l’on marche sur ses plates-bandes et les contraints à changer de nom.

Aline est né. En toutes lettres et avec une typographie glamour-rétro, presque écrit à la main.
Ils sortent enfin leur coffret à trésors « Regarde le ciel ». Et rien qu’en regardant la pochette, illustrée par le coup de crayon de Martin Etienne, déjà le charme opère : lignes pures, couleurs informatisées minimalistes, esquisse d’une dame allongée sur le sable aux allures de statue grecque.
On ne sait si l’esthétique unique du groupe est le travail d’une étude soignée ou d’une nonchalance aussi espiègle qu’hasardeuse et c’est ça qui en fait toute son accroche. Car le son d’Aline accroche, peut être encore plus même que les propos.

Les plages se suivent, réjouissantes, aérées et sans lasser, en mélodies pops. Insouciance, gaieté, légèreté de l’être et, à une écoute attentive, une certaine gravité. C’est frais, c’est punchy, sans jamais être niais.
Leur (fausse) superficialité, revival des années quatre vingt, frôlant même le kitsch, dans la même veine que Lescop, La Femme, Lou Doillon leur a donné la sainte bénédiction d’Etienne Daho, qui se dit être le parrain d’une nouvelle scène « Pop made in France ».
« Pour moi, tous ces jeunes rendent hommage aux maîtres qu’étaient Jacno, Fred Chichin des Rita Mitsouko, ou encore Daniel Darc. Se sont des survivants des années post-punk en France. Cela me réjouit ! C’est de la transmission, la relève est enfin là » ! Tournez manège !

Et les cinq garçons dans le vent reviennent avec un deuxième album, « La vie électrique » dont le premier single du même nom, aux premières paroles,

« Vas y Chérie fais moi la guerre, griffe moi, couds moi les paupières » et beats électro, déjà, aguiche.

Les plages de « La vie électrique » sont dans vos oreilles toute cette semaine:

Tracklist
1. Avenue des armées
2. Les résonnances cachées
3. La vie électrique
4. Les angles morts
5. Plus noir encore
6. Tristesse de la balance
7. Chaque jour qui passe
8. Une vie
9. Les mains vides
10. Promis juré craché

 

 

Liens

Facebook

Site internet