[ ARCHIVES PAR SEMAINE ]

Semaine du 23/07/2017

Album de la semaine

Diffusion du lundi au vendredi à 8h - 10h - 12h - 14h et 16h.

Toute cette semaine nous écouterons l'album "Feed The Machine" de Nickelback.

 

L'artiste/Le groupe

Nickelback est la définition du groupe à succès. Formé en 1995 au Canada, on pourrait facilement les placer à côté dans le genre « rock FM » aux côtés de Bon Jovi, tant leur compositions sont calibrées pour plaire. En 2001, le monde entier les découvre avec leur premier hit avec son single How You Remind Me. Depuis ils enchainent les succès commerciaux, notamment avec les chansons Photograph et Rockstar, tout en acquérant une réputation de groupe manquant de sincérité, qui tomberait dans la facilité en proposant une formule et des thèmes usés jusqu’à la moelle (des thèmes pour adolescents pour faire court), quand il n’est pas la cible des critiques virulentes qui ne voient en Nickelback qu’un avatar d’un « cash-rock » méprisable.

Quoiqu’il en soit, le groupe continue sur sa lancée, en mettant une pièce dans la machine à tubes à chaque sortie et en collectionnant les plus hautes places des charts. Certains ont beau le nommer « le plus mauvais groupe du monde », Nickelback est toujours là, à faire plaisir à ses fans et ne recule devant rien.

 

L'album

Feed the Machine délaisse les thématiques abordées habituellement par le groupe. Fini les thèmes un peu adolescents, il est ici question d’un rejet de l’oppression créée par l’usage constant et croissant de la technologie et d’un climat politique délétère. De la dystopie, tout ce qu’il y a de plus classique en somme. On comprend alors la volonté de produire un album plus lourd, plus sombre. Ce retour à un son plus massif arrive à convaincre. Définitivement, lorsque Nickelback montre les crocs, il rappelle qu’il est un bon groupe aux racines rock avant tout. Pour autant, les canadiens ne délaissent pas leurs inclinations plus mielleuses, et combleront les amateurs (et amatrices) de ballades à l’eau de rose.

La marque de fabrique Nickelback ne dépérit pas. Les Canadiens répondent à leurs fans et à leur critique en leur servant un opus traditionnel qui prend quelques risques. Feed The Machine est, dans ce sens, très réussi.

 

Tracklist

1. Feed the Machine
2. Coin for the Ferryman
3. Song on Fire
4. Must Be Nice
5. After the Rain
6. For the River
7. Home
8. The Betrayal (Act III)
9. Silent Majority
10. Every Time We're Together
11. The Betrayal (Act I)

 

Liens

Site officiel

Facebook